Fantasy/Fantastique/Mythes/SF/Uchronie / Nouvelle

Qu’arriva-t-il au perroquet bavard ?

Temps de lecture : 4 minutes

>>>

Jade sortit de l’école et rentra seule à la maison. D’habitude, elle faisait le trajet avec son amie Zoé. Arrivée à la maison, elle avait encore le souffle coupé, les joues rouges. Son grand-père vit de suite que quelque chose tracassait sa petite Jade.

– Zoé, c’est fini ! Elle est plus mon amie. Mon dessin de manga, celui que je lui ai fait pour ses neuf ans, des copines m’ont dit qu’elle l’avait donné à la nouvelle de la classe. En plus elle a dit que c’était elle qui l’avait fait, cette menteuse ! Et puis, elle lui a donné la main et elles sont parties toutes les deux sous le préau. Tu te rends compte grand-père! Ce n’est qu’une menteuse, une voleuse, une traître. Elle me laisse tomber et en plus comme elle ne sait pas dessiner, elle utilise mon dessin !

Le grand-père amena Jade dans la cuisine.

– Ca te dit quelques crêpes pour le goûter? On ouvrira le bocal de crème de marron pour les accompagner.

Pendant qu’il préparait la pâte à crêpes, il se mit à lui raconter une histoire, une de ses histoires dont il avait le secret.

« Il y a bien longtemps, en Tartarie, il y avait un marchand qui avait fait fortune grâce aux pierres précieuses. Il habitait la délicieuse ville d’Avarga, au bord d’une rivière. Il parcourait la région pour ramener des rubis, des émeraudes ou des diamants. Le luxe dans lequel il vivait ne compensait pas sa solitude pesante. Un jour, il décida de se marier avec la plus charmante jeune fille du royaume pour fonder une famille. Marjan avait de longs cheveux noirs qui lui couvraient les reins. Ses yeux étaient de velours. Elle chantait comme un oiseau, s’accompagnant d’un dôtar, sorte de luth à deux cordes.

Le marchand l’aima de suite, avec passion. Il avait hâte de la retrouver chaque soir, après sa journée de travail. Ils passaient de merveilleuses soirées. Mais les affaires l’obligeaient à s’absenter. C’était à chaque fois un déchirement de quitter sa femme. Un jour, il eut l’idée d’offrir à sa femme une cage à oiseaux dans laquelle paradait un magnifique perroquet, au bec corail et au plumage vert. Le perroquet et Marjan s’entendirent bien vite pour chanter en duo.

Quand le marchand dut s’en aller pour quatre ou cinq jours, il demanda au perroquet de prendre soin de son épouse. A son retour, interrogeant le perroquet, il apprit que sa femme s’était follement amusée, tous les soirs, avec un jeune homme. Furieux, il convoqua les trois servantes qui lui assurèrent que sa femme était fidèle.En échangeant quelques clins d’œil, l’une d’elles avoua que le perroquet disait n’importe quoi.

Peu après, il s’absenta une nuit seulement, pour vérifier les affirmations du perroquet.

Ce soir-là, sa femme voulait se venger de cet oiseau trop bavard, et passer un bon moment avec son jeune ami. Les trois complices s’amusèrent follement : l’une installa un toit au-dessus de la cage du perroquet puis fit couler des gouttes d’eau qui se transformèrent en grosse averse. Pendant ce temps, une autre agitait la cage à l’aide d’une tringle. La troisième tenait un miroir qui réfléchissait la flamme d’une bougie dans les yeux de ce perroquet. Tout ce stratagème masquait les amusements de Marjan et de son petit ami.

A son retour, le marchand interrogea l’oiseau parleur qui lui raconta le terrible orage qui l’avait malmené : des éclairs éblouissants, un vent qui le secouait et une pluie qui ne s’arrêtait pas. Le mari savait fort bien que la nuit avait été belle et ne crut plus le perroquet. De rage, il le sortit de la cage, l’empoigna par le cou, le jeta à terre et le tua. Tout rentra dans l’ordre, jusqu’à ce que les rumeurs des voisins atteignirent ses oreilles et confirmèrent les premiers propos du perroquet. Là il regretta fort d’avoir tué l’oiseau.»

Le grand-père regarda sa petite fille. Elle avait les yeux dans le vague et semblait apaisée. Il laissa couler le temps et attendit qu’elle le regarde pour reprendre la parole :

– Tu vois, ma petite Jade, jusqu’où peuvent mener les rumeurs.

– Si les voisins ont dit qu’elle voyait toujours son petit ami en cachette, c’est que le perroquet avait dit la vérité. Alors, grand-père, le perroquet a été tué pour rien.

– Tu as tout compris, ma chérie. Les trahisons blessent la personne trompée. Les rumeurs aussi peuvent faire beaucoup de mal. C’est très difficile de guérir des trahisons et des rumeurs, mais … il me vient une idée. Et si tu faisais toi-même la connaissance de la nouvelle de la classe. Es-tu sûre des rumeurs sur ton dessin ? Et même si ce qu’ont dit tes copines est exact, tu pourrais rétablir la vérité. Peut-être qu’elle aime dessiner, tout comme toi. Vous pourriez dessiner ensemble.

Jade réfléchissait. Son grand-père lui avait donné une super idée pour sortir de cette impasse. Elle prit une feuille de papier et traça à l’encre de chine un perroquet.

>>>

Brigitte DANIEL ALLEGRO

Castelnau d’Estrétefonds – le 9 octobre 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial